Faux plafond placo : coût moyen pour la pose d’un plafond en...

Faux plafond placo : coût moyen pour la pose d’un plafond en plaques de plâtre

Pose d'un faux plafond en place plâtre
Pose d'un faux plafond en place plâtre

Le faux plafond de plâtre (communément appelé faux plafond placo) est fabriqué à partir de plaques de plâtre, généralement les plaques de types BA13.

Esthétique, avantageux et pratique, il souvent installé dans les logis en rénovation pour masquer un plafond endommagé ou trop élevé. De plus, les plaques de plâtre ne coûtent absolument pas cher : elles coûtent environ 8 euros le mètre carré.

Les différents types de plaques de plâtre disponibles sur le marché

2 formes de plaques de plâtre sont vendues dans les commerces : les plaques dites BA13 et les plaques dites SB13.

Elles ont une épaisseur standard de 13 mm, les dimensions classiques des feuilles étant de 250 cm x 60 cm ou de 250 cm x 60 cm. Elles peuvent être simples (totalement neutres) ou prétraitées (plaques ignifuges ou hydrofuges).

Note : on utilise très peu les plaques SB13 pour réaliser les faux plafonds en placo, probablement à cause de leur structure qui convient mieux pour effectuer les parements et combler les angles. Les professionnels préfèrent se servir dans la majorité des cas des plaques BA13.

Réalisation d’un faux plafond en placo

Les professionnels affirment qu’il est plus facile de monter un faux plafond en placo plutôt que d’étendre un faux plafond en rouleau de PVC, mais cela reste tout de même un gros travail.

La méthode la plus utilisée est celle de la pose suspendue, mais on peut aussi effectuer une pose fixée avec les plaques de placo.

3 DEVIS GRATUITS

Plus de 10 000 professionnels partenaires

Pose suspendue : matériel requis et description du procédé

Dans le cas d’une pose suspendue, on aura besoin en plus des plaques de plâtre de suspentes, de profilés, de rails, de bandes et d’enduits à joints.

On commence par fixer l’armature du faux plafond en créant une structure métallique sur le support avec les rails.

Ensuite, on visse les plaques de plâtre en s’appuyant sur les suspentes et les profilés. On terminera l’ouvrage en mettant les bandes et l’enduit sur les joints. A la fin, on ne voit plus du tout l’armature métallique de départ.

Pose fixée : matériel requis et description du procédé

La pose fixée est bien plus simple à effectuer que la pose suspendue. On a seulement besoin des plaques de plâtre et des bandes et enduits à joints.

Les plaques de plâtre sont posées directement sur des solives déjà présentes au niveau du support, puis fixées à l’aide des vis. A la fin, on étant l’enduit sur les joints, on applique les bandes et on repasse une autre couche d’enduit pour harmoniser la structure du faux plafond.

Note : les plaques de plâtre ont 2 faces, l’une foncée et l’autre claire. C’est la face foncée qui est à fixer à l’extérieur, la face la plus claire devant être mise à l’intérieur.

Enfin, il n’est pas nécessaire de préparer la surface de la plaque de plâtre avant de lui appliquer un traitement de protection ou une couche de peinture. Les traitements réalisés depuis l’usine de fabrication suffisent.

Faut-il réaliser soi-même son faux plafond en placo ?

On peut réaliser soi-même son faux plafond en placo, à condition de pouvoir se procurer tous les accessoires de pose à bon prix.

On le rappelle, les plaques de plâtre coûtent elles-mêmes 8 euros le mètre carré environ. Pour les fournitures de pose, il faut prévoir environ 15 euros le mètre carré.

Par contre, si l’on décide de faire appel à un ouvrier qualifié, il faudra prévoir 30 à 35 euros le mètre carré pour la pose d’un faux plafond en placo, les accessoires et la main-d’œuvre étant pris en compte dans ce tarif.

Mais dans ce cas, il ne faut pas se précipiter sur la première offre. Il faut toujours prendre le temps de contacter plusieurs artisans et de leur demander un devis estimatif du coût des travaux.

C’est gratuit et cela n’implique aucun engagement. Après avoir comparé les différentes propositions, on peut choisir celle qui présente le meilleur rapport qualité/prix…

Car il ne faut pas non plus vouloir faire des économies et prendre des risques inutiles en optant pour un devis dont le coût de revient se situe largement en dessous de la moyenne.

Avantages et inconvénients d’un faux plafond en placo

Un faux plafond peut être réalisé dans d’autres matériaux que le placo, en particulier le PVC (film thermoplastique de PVC ou plafond lambris de PVC). Toutefois, les professionnels privilégient le placo à cause de certaines caractéristiques qui lui sont propres.

Avantages d’un faux plafond en placo

Lorsqu’on pose un faux plafond en placo, on obtient de meilleurs résultats sur le plan de l’isolation thermique et acoustique qu’avec le PVC.

Il protège du froid, favorise en pose suspendue la ventilation de la maison et libère un espace pour le passage des câblages électriques ou l’installation d’un éclairage intégré.

Le placo est en outre très facile à manipuler, et du fait qu’il soit composé de plaques, il est plus rapide à poser et offre un sérieux gain de temps.

Il s’adapte à tous les types de supports, et on peut valablement le mettre dans une salle de bains s’il a été traité avec un produit hydrofuge.

Enfin, à contrario du PVC qui est un dérivé du pétrole, c’est un matériau purement écologique, recyclable et respectueux de l’environnement.

Inconvénients d’un faux plafond en placo

Le faux plafond en placo ne présente aucun inconvénient majeur, sauf qu’il n’offre pas un large choix de couleurs… Mais on peut facilement remédier à ce défaut en passant une couche de peinture sur la surface externe (celle qui sera visible dans la maison).

Note : La solidité d’un faux plafond en placo dépend surtout des joints utilisés et de la qualité de la pose effectuée. Il faut donc veiller à ce que la pose des plaques soit impeccable et procéder de temps à autre à une vérification des joints.

Le faux plafond en placo : récapitulatif

Comme son nom l’indique, le faux plafond en placo est un plafond de substitution souvent posé dans les maisons en rénovation.

Son but est de contribuer à l’isolation thermique et acoustique de la maison, ou alors à lui fournir un meilleur éclairage via un éclairage bas et intégré… Mais on peut aussi s’en servir pour masquer un vieux plafond endommagé.

Le placo est un matériau écologique, recyclable et durable. Grâce aux traitements hydrofuge et ignifuge, on a la garantie qu’il peut résister efficacement au feu et à l’humidité.

Son coût de revient (achat et pose professionnelle) est plus qu’avantageux : on dépense seulement 40 euros au maximum pour chaque mètre carré d’un plafond en placo.

Toutes les fournitures nécessaires à la pose sont comprises dans ce tarif, ainsi que les travaux connexes nécessaires (installation de l’armature, isolation des câblages électriques, préparation du support, etc.).

En outre, il n’est pas difficile à poser, et avec un peu d’expérience, on peut le faire soi-même si l’on n’a pas une grande surface à couvrir… Sinon, on confie la tâche à un professionnel compétent afin d’éviter tous risques d’effondrement et d’avoir en définitive un faux plafond en placo parfait avec une excellente finition.

Faux plafond placo : coût moyen pour la pose d’un plafond en plaques de plâtre
4.82 (96.36%) 11 votes