Pourquoi et comment entretenir et nettoyer une VMC

Pourquoi et comment entretenir et nettoyer une VMC

Tout savoir sur l'entretien et le nettoyage d'un système de VMC. Fréquence d'entretien, obligation légale et prix moyen de l'entretien par un professionnel.

nettoyage grille aération vmc

La loi exige de faire nettoyer sa VMC (Ventilation mécanique contrôlée) au moins une fois par an par un professionnel, et tous les 5 ans, celui-ci se doit de venir changer ou nettoyer les différentes composantes.

Le non-respect de cette consigne et la négligence de l’entretien quotidien de la VMC conduisent à de nombreuses déconvenues, parmi lesquels on compte des incendies et la détérioration de la qualité de l’air fourni par la VMC.

Pourquoi nettoyer ou entretenir la VMC ?

La VMC est composée de conduits qui permettent l’acheminement de l’air et d’un équipement spécifique d’extraction d’air qui est similaire à un ventilateur. Et comme tous les ventilateurs, la VMC peut se retrouver couverte de poussière et de déchets, en particulier de celle apportée par l’air qui circule dans les conduits.

Si les conduits ne sont pas rapidement nettoyés et si le moteur de la VMC absorbe une trop grande quantité de poussière, le système aura tendance à surchauffer, et dès lors, il peut provoquer des étincelles, voire des incendies. Dans les cas où il fonctionne malgré tout, il risque de fournir un air vicié et malpropre qui contient un taux d’humidité supérieur à la normale et peut provoquer des troubles respiratoires.

Combien coûte l’entretien professionnel d’une VMC ?

L’intervention annuelle d’un spécialiste pour l’entretien d’une VMC coûte en moyenne 130 euros. Celui-ci se charge en principe d’effectuer, outre le nettoyage, une révision complète de l’installation. On peut se passer de cette révision la première ou la deuxième année pour toutes les VMC à l’exception des VMC à gaz pour lesquelles l’inspection annuelle est obligatoire.

3 DEVIS GRATUITS

Plus de 10 000 professionnels partenaires

Comment entretenir et nettoyer une VMC

Comme indiqué précédemment, un professionnel doit inspecter la VMC, nettoyer ses filtres une fois l’an au minimum, et si nécessaire changer ses pièces après 5 ans. Mais au quotidien, ou plutôt de façon régulière, il est important de nettoyer soi-même la VMC. Il ne s’agit pas d’une tâche très compliquée et chacun peut valablement s’en occuper.

Mais avant tout, il faut toujours couper l’alimentation de la VMC et l’arrêter complètement. Il y va de la sécurité du nettoyeur, et cela permet également de ne pas endommager la VMC.

Le nettoyage des grilles et des bouches d’aération

Nettoyer les grilles est assez simple. Il suffit d’avoir à portée de main un seau d’eau savonneuse tiède ou chaude, ainsi qu’un bon chiffon. Les grilles sont généralement placées au-dessus des fenêtres ou tout en haut des parois murales, à proximité du plafond. Il faut se servir d’un escabeau pour les enlever si l’on n’est pas suffisamment élancé, puis les nettoyer à l’aide du chiffon et de l’eau chaude mélangée au savon. On peut les rincer ensuite et les replacer une fois qu’elles sont sèches.

Si votre VMC est dotée de bouches d’aération (dans le cas des VMC hygroréglables à double flux par exemple), il faudra également démonter les bouches d’aération (elles se présentent sous la forme de tuyauteries). Pour les nettoyer, il suffit de les tremper quelques minutes dans un mélange d’eau chaude et de dégraissant.

Note : dans le cas où les bouches d’aération sont équipées de capteurs d’humidité, il vaut mieux se servir d’un chiffon pour effectuer le nettoyage. Il est très important que les capteurs ne soient pas mouillés, car l’eau peut définitivement les endommager.

Le nettoyage des entrées d’air

Après s’être débarrassé de la poussière accumulée sur les grilles, il faut également évacuer celle qui a déjà pénétré les entrées d’air. Pour cela, un seul outil : l’aspirateur. Il faut introduire délicatement la tête de l’aspirateur à l’entrée, puis l’activer pour qu’il absorbe la poussière et les débris qui s’y sont accumulés. Ensuite, les grilles ou les bouches d’aération peuvent être remises en place dès qu’elles sont totalement sèches.

Le nettoyage du ventilateur

Le traitement du ventilateur est quasiment similaire à celui des grilles et des bouches d’aération. Il faut lui aussi l’ouvrir, puis se servir d’un chiffon trempé dans de l’eau savonneuse chaude pour enlever la poussière qu’il a pu recueillir.

Si le nettoyeur a de bonnes aptitudes de bricolage, il peut aller plus loin et s’occuper également de dépoussiérer les filtres qu’il est recommandé de tremper dans un mélange d’eau et de dégraissant. Sinon, il vaut mieux laisser cette tâche au spécialiste.

A quel moment nettoyer sa VMC ?

L’idéal est d’effectuer un nettoyage de la VMC au retour de chaque saison, donc en moyenne 3 fois dans l’année. Mais même si l’on ne parvient pas à respecter cette routine, il est fondamental de nettoyer sérieusement la VMC avant la remise en route du chauffage. En effet, le système de chauffage que l’on utilise presque toujours en hiver favorise la remontée de la poussière vers le plafond.

Si la VMC est déjà pleine de poussière avant que celui-ci ne soit mis en marche, on se retrouve très vite avec des ratés de fonctionnement de la VMC tout au mieux, sinon avec une explosion ou un incendie dû à la surchauffe du ventilateur.

L’hiver ne dure pas très longtemps, et si l’on ne parvient pas à effectuer un nettoyage à mi-parcours, il ne faudra pas négliger celui de la fin, dès que revient le beau temps. Un excellent suivi et un bon entretien de la VMC sont un gage de sécurité et limitent tous les risques sanitaires qui peuvent découler de la respiration quotidienne d’un air pollué ou vicié.

Quelques conseils utiles

Les VMC hygroréglables simple flux sont plus faciles d’entretien que celles à double flux, et il n’est pas indispensable de déplacer un professionnel pour leur nettoyage plus d’une fois par an.

Par contre, dans le cas des VMC double flux, le système est plus performant, mais aussi plus complexe à nettoyer et entretenir. Pour elles, il faut toujours contacter un professionnel, ou même souscrire à un contrat de maintenance pour s’assurer de leur garantir un bon fonctionnement à long terme.

Enfin, il faut toujours veiller à ne pas détériorer les capteurs d’humidité. Ce sont les éléments les plus sensibles des VMC et aussi les plus utiles. Il faut toujours les protéger de l’eau savonneuse et veiller à ne pas les abîmer pendant les séances de nettoyage.

Pourquoi et comment entretenir et nettoyer une VMC
4.43 (88.57%) 7 votes