Prix moyen pour la rénovation ou l’installation électrique

Prix moyen pour la rénovation ou l’installation électrique

Prix au m2, coût du matériel et main d'oeuvre d'un électricien et normes à respecter

Travaux installation électrique

Les particuliers sont souvent préoccupés quand ils sont prêts à effectuer des travaux de rénovation ou d’installation électrique, car c’est un service qui coûte relativement cher. Cependant, il existe un autre aspect fondamental à prendre en compte, celui des normes.

En effet, il est très important qu’une installation électrique soit conforme aux normes en vigueur et totalement sécurisée. Sinon, les personnes résidant dans le logis seront exposées à des risques d’incendie ou de graves accidents corporels.

Prix au mètre carré des travaux d’installation ou de rénovation électrique

Le tarif moyen de l’installation ou de la rénovation électrique d’une maison est défini en fonction :

  • De la surface de la maison
  • De son ancienneté (bâtiment neuf ou ancien)
  • De la durée du travail (nombre d’heures ouvrées)
  • De la quantité de matériel à acquérir

Les professionnels du métier indiquent une fourchette allant de 80 à 100 euros le mètre carré, sans la main d’œuvre et la TVA.

Coût de la TVA et de la main d’œuvre

La TVA est proche de 20% pour un logement neuf, tandis qu’elle baisse à 10% pour un logement ancien. En outre, pour la main d’œuvre, il faut compter entre 35 et 45 euros à l’heure, plus les frais de déplacement du professionnel qui sont estimés à 20 euros.

Un logement est considéré comme neuf s’il n’a jamais été habité. Dans le cas où il a été habité ne serait-ce que pour quelques mois, il est considéré comme ancien.

Comparez les Devis pour votre installation électrique

Parce que l’électricité est l’affaire de professionnels avant tout, nous vous proposons de comparez gratuitement les devis des électriciens agréés sélectionnés pour vous pour leur qualité et leur proximité.

3 DEVIS GRATUITS

Plus de 10 000 professionnels partenaires

Coût du matériel pour une installation ou une rénovation électrique

Certains matériaux et équipements électriques sont obligatoires dans le cadre des travaux d’installation ou de rénovation électrique. Ainsi, le technicien chargé de conduire les travaux doit absolument se procurer les différents appareils et accessoires indiqués ci-dessous.

Appareils électriques obligatoires

Il s’agit des 4 appareils suivants :

  1. Le compteur électrique pour un coût moyen de 230 euros. Cependant, il est permis au particulier de régler cette dette en plusieurs tranches
  2. Le tableau électrique dont le prix varie entre 10 et 80 euros pour les tableaux nus, et entre 60 et 400 euros pour les tableaux pré-équipés
  3. Le disjoncteur dont le prix varie entre 3 et 30 euros en fonction de ses caractéristiques
  4. Le délesteur dont le prix se situe dans une fourchette de 100 à 400 euros

Accessoires fondamentaux

Il s’agit de petits accessoires et instruments tels que les interrupteurs, les fusibles, les minuteurs, etc. Voici une estimation de leurs coûts respectifs :

  • Les interrupteurs simples valent entre 20 et 100 euros l’ampérage
  • Les interrupteurs va-et-vient coûtent entre 2 et 30 euros
  • Les fusibles font entre 3 à 10 euros la boîte de 10
  • Le contacteur vaut entre 20 et 70 euros
  • Le télérupteur coûte entre 15 et 50 euros
  • La minuterie coûte entre 20 et 60 euros
  • Le variateur coûte, selon le modèle, entre 10 et 100 euros

Coût global d’une installation ou d’une rénovation électrique

Avant de pouvoir déterminer le tarif général des travaux d’installation ou de rénovation électrique, il faudra ajouter aux prix des éléments ci-dessus celui des câbles de liaison, celui des prises et aussi celui des accessoires supplémentaires qui n’ont pas été cités ici… Tout cela mis ensemble donne un tarif global qui se situe entre 5 000 et 15 000 euros TTC.

Norme à respecter dans le cadre d’une installation ou d’une rénovation électrique

La norme NF C 15 100 regroupe l’ensemble des règles et des mesures de sécurité à respecter dans le cadre des travaux d’installation ou de rénovation électrique dans les habitations ou dans les bâtiments professionnels. Pour les résidences, voici l’essentiel des points à prendre en compte.

Installation d’un parafoudre

La présence d’un parafoudre est obligatoire si le bâtiment concerné dispose déjà d’un paratonnerre, ou alors lorsque celui-ci est situé dans une région classée «AQ2 ».

Installation de 4 circuits spécialisés au minimum

Le professionnel chargé des travaux d’installation ou de rénovation électrique a l’obligation de mettre en place un minimum de 4 circuits spécialisés dont :

  • 1 circuit protégé par un disjoncteur de 32 A (Ampères) pour la cuisinière ou la plaque de cuisson
  • 1 circuit protégé par un disjoncteur de 20 A au minimum pour les appareils électro-ménagers comme le lave-linge, le lave-vaisselle, le four, etc.
  • 1 circuit à 16 ou 20 A pour les volets roulants
  • 1 circuit pour le chauffage et l’alimentation électrique
Le nombre de circuits protégés destinés aux appareils électro-ménagers peut augmenter avec le nombre d’appareils à mettre en fonction. En outre, il ne sera pas nécessaire d’installer un circuit pour volets roulants si la résidence n’en a pas.

L’installation de la GTL (Gaine Technique de Logement)

La GTL est, en termes simples, un dispositif qui regroupe en un seul emplacement l’arrivée des courants dits « faibles » ou « forts » de l’installation. Elle est obligatoire aussi bien pour les logements individuels que pour les logements collectifs. La GTL contient exclusivement :

  • Le panneau de contrôle pour compteur et disjoncteur de branchement
  • Le tableau de répartition des courants forts
  • Les autres applications de communication (TV ou satellite par exemple)
  • Le tableau de communication des courants faibles
  • Les canalisations de puissance, de communication et de branchement

Le panneau de contrôle, le tableau de répartition des courants forts et celui des courants faibles doivent être installés à une distance comprise entre 1 et 1 mètre 80 au-dessus du sol.

En outre, il est indispensable que les conducteurs isolés ne soient pas en contact avec la paroi de la gaine… Et enfin, il est aussi important que les dimensions intérieures minimales pour la gaine soient respectées.

Les prises et les coffrets multimédia

Une prise de type RJ 45 est obligatoire dans chacune des pièces principales de la maison : chambre, salon, bureau, etc. Par contre, dans les logements d’une ou deux pièces, il faut au moins 2 prises RJ 45. Le coffret multimédia s’installe au sein de la GTL. C’est lui qui accueille le matériel de connectivité pour le téléphone, la fibre optique (internet) et d’autres accessoires comme une barrette de terre.

Le cas particulier de la salle de bains

La salle de bains est une zone particulièrement sensible, étant donné qu’on y utilise régulièrement de l’eau. Pour limiter les risques d’électrocution et d’accidents, la norme a mis en place des directives de sécurité à respecter scrupuleusement.

La salle de bains est divisée en 4 zones dites volume 0, volume 1, volume 2, et volume 3. Voici comment les installations doivent être effectuées dans chaque zone.

Installation dans le volume 0 : Le volume 0 correspond à la zone occupée par la baignoire et le receveur de douche. Toute installation électrique y est strictement interdite.

Installation dans le volume 1 : Le volume 1 représente la zone partant du dessus de la baignoire jusqu’au fond du receveur de douche. Un éclairage de 12 Volts peut y être installé si le transformateur de sécurité est implanté en volume 2 ou en volume 3.

Installation dans le volume 2 : Le volume 2 représente la zone située à moins de 60 cm de la douche ou de la baignoire, et ce, sur 3 mètres de hauteur. On peut aussi y installer un éclairage basse tension (12V) et une armoire de toilette éclairée de classe I ou de classe II.

Installation dans le volume 3 : Au-delà de 60 cm de la baignoire ou de la douche, et sur 2,25 mètres, on est dans la zone dite « volume 3 ». L’électricien peut y installer le disjoncteur, le dispositif de chauffage, les circuits d’éclairage, etc. Cependant, tous les appareils devront être sécurisés par un Disjoncteur Différentiel Haute Sécurité (DDHS) à 30mA qui coupera automatiquement le courant en cas de fuite.

Les circuits d’éclairage de la maison

La norme fixe aussi des principes d’installation des circuits d’éclairage de la maison. Il est par exemple exigé qu’il y ait dans l’installation un appareil de protection comme le disjoncteur, et tous les câbles placés doivent également être isolés. Enfin, il faut surtout retenir qu’il faut mettre au plus 8 points lumineux sur un même circuit d’éclairage…

Et pour un logement de moins de 35 mètres carré de surface, il faudra prévoir un minimum de 2 circuits d’éclairage.

Confier ses travaux d’installation ou de rénovation électrique à un professionnel

Au regard de toutes ces exigences, il est clair que les travaux d’installation ou de rénovation électrique ne peuvent pas être confiés à un artisan quelconque. Ils doivent être réalisés par un professionnel ou uneentreprise agréée qui maîtrise parfaitement les conditions d’application de la norme. En outre, dans le cas où le propriétaire souhaite bénéficier d’une aide pour l’exécution des travaux, il a l’obligation de faire appel à un professionnel qui puisse lui fournir un devis clair et précis.

Il est possible de bénéficier d’une aide pour la rénovation ou l’installation électrique si et seulement si ces travaux interviennent dans le cadre d’un projet de rénovation énergétique(installation ou remplacement de l’appareil de chauffage). Pour s’en assurer, il faut tout simplement se rapprocher des services communaux.

Comment réaliser les travaux d’installation ou de rénovation électrique à moindre coût ?

La méthode la plus simple est de faire appel à divers prestataires et de comparer leurs devis sur la base des informations fournies précédemment. Cela permet aussi de vérifier la qualité du matériel qui sera acheté pour les travaux. On peut aussi réaliser des économies en se contentant d’un matériel de bonne qualité, mais qui ne soit pas « haut de gamme ».

Le facteur design fait souvent grimper les prix du matériel électrique. En dernier recours, on peut également négocier le tarif de la main d’œuvre avec le prestataire. Cela permet d’économiser quelques dizaines d’euros…

Prix moyen pour la rénovation ou l’installation électrique
4.67 (93.33%) 12 votes