Remontées capillaires : causes, conséquences et traitements possibles

Des traces d'humidité sur vos murs ou fondations ? N'attendez pas et découvrez les différentes solutions pour traiter les remontées capillaires

Les moisissures apparaissent sur les murs de la maison ? Un spectre d’humidité apparaît au bas des murs intérieurs ? Il s’agit sûrement d’une remontée d’eau par capillarité qui affecte de nombreuses habitations.

Quelles en sont les causes et les conséquences sur la fiabilité de la construction ? Existe-t-il des solutions à ce phénomène ? Voici un décryptage complet sur le sujet.

Qu’est-ce que la remontée capillaire ?

Appelée aussi « remontée d’humidité par capillarité », la remontée capillaire est d’abord un phénomène physique, et donc naturel. Il s’agit simplement de la migration de l’eau depuis le sous-sol jusqu’au niveau des murs des habitations. Ce phénomène, mis en évidence par la loi de Jurin, est lié à la porosité des matériaux de construction.

En général, tout matériau en maçonnerie (ciment, brique, béton,…) présente un certain niveau de perméabilité aux liquides comme l’eau. C’est grâce à cette susceptibilité hydraulique que l’humidité va remonter dans les murs enfoncés dans le sous-sol. Les murs enterrés à plus de 1,50 de hauteur sont généralement les plus concernés.

remontées capillaires fondation
Remontées capillaires au niveau des fondations

Bien que les remontées capillaires soient lentes (la remontée de l’humidité dans les murs peut prendre plusieurs mois, voire des années), elles peuvent atteindre différentes parties d’un bâtiment : les fondations, les murs des façades, les sols intérieurs et ceux de l’extérieur ainsi que les cloisons.

Quelles sont les principales causes des remontées capillaires ?

Plusieurs facteurs sont à l’origine de l’ascension d’humidité dans les murs des bâtiments. Mais on peut en préciser les cinq majeurs :

  • la présence d’une eau saturée en sels minéraux (sulfates, chlorures, nitrates,…) au niveau des fondations ;
  • un bâtiment construit sur un terrain avec des capillaires ;
  • l’absence d’une arase étanche ;
  • la présence d’un réseau de passage d’eau sous le bâtiment ou de la végétation proche de la maison ;
  • la présence d’une charge électrique : le contact de l’eau avec les matériaux du sol engendre souvent une recharge électrique de l’eau. Cette charge électrique, qui constitue en réalité une pression dans l’eau, permet d’accroître la tension capillaire. L’eau soumise ainsi à une pression relativement forte, aura la facilité de migrer à travers les murs des bâtiments.

Les causes selon les types de constructions

Les causes des remontées capillaires ne sont pas souvent les mêmes pour les anciens bâtiments et les nouveaux. Pour les premiers, le phénomène est dû souvent par l’absence des fosses de drainage, les vibrations provenant du passage de véhicules et gros porteurs à proximité du bâtiment (apparition des fissures ou de tassements).

Mais les remontées capillaires peuvent aussi apparaître suite à une surcharge par ajout de nouveaux étages, ce qui va favorise la déstabilisation des fondations et augmenter ainsi le niveau de porosité des matériaux dans le sol.

Dans le cas des constructions modernes, les remontées capillaires surviennent souvent lorsque le bâtiment est construit sur un terrain gorgé d’eau ou dans une zone inondable. Une étanchéité peu efficace au niveau des fondations peut provoquer aussi un cas d’ascension d’humidité. Par ailleurs, lorsqu’un regard d’évacuation est trop étroit, cela peut favoriser le débordement d’eau, d’où l’apparition d’une remontée d’humidité par capillarité.

L’humidité ascendante : les dégâts sur le bâtiment

Les conséquences de la remontée d’humidité sont, en majeure partie, la résultante d’une réaction de cristallisation-dissolution des sels hygroscopiques (sels minéraux) au contact de l’air libre. Dans la plupart des cas, on voit apparaître des efflorescences sur les murs, des moisissures ou encore de petits champignons par endroits. On peut remarquer aussi la formation d’auréoles sur les moquettes et les tapis, le carrelage (intérieur et extérieur) se gonfle et devient fiable, un cas de claquage des induits, etc.

Le salpêtre (ou sel de pierre) est aussi une des conséquences les plus visibles de l’humidité ascendante. En général, les bactéries se nourrissent des sels minéraux (nitrate, potassium, ammoniac,…) contenus dans l’eau souterraine et des substances issues de la maçonnerie (carbonate de calcium dans les murs). Cette action, en présence de l’air ambiant (oxygène), va favoriser la formation du nitrate de calcium apparaissant comme un dépôt blanchâtre sur les murs intérieurs.

Les remontées capillaires contribuent aussi à répandre la sensation d’humidité dans tout le bâtiment. Cette situation peut amener les occupants à augmenter leur consommation d’énergie afin de modifier l’air ambiant qui devient de plus en plus humide. Et à la longue, la combinaison de tous ces facteurs peut provoquer une instabilité des fondations.

Quels risques pour la santé des occupants des logements ? 

Hormis les dégradations observées sur les murs, les remontées capillaires ont une incidence sur la santé des occupants du bâtiment. Le développement des champignons et des moisissures va engendrer des allergiques et des réactions cutanées comme les staphylocoques.

On peut citer aussi le cas d’irritation des voies respiratoires, la conjonctivite et les crises d’asthme. Cette situation peut favoriser également le développement des acariens dans la literie et les meubles. Les meubles en bois, étant très sensibles à l’humidité, vont prendre du volume et se détériorer rapidement.

Les conséquences des remontées capillaires rendront ainsi l’atmosphère ambiante plutôt invivable, avec des odeurs nauséabondes dans la maison.

Comment lutter contre les remontées capillaires ?

Il existe aujourd’hui de nombreuses techniques permettant de lutter contre les remontées capillaires. Les traitements les plus utilisés, selon les cas, sont les suivants :

  1. L’injection de résine :
    L’opération consiste à injecter de la résine liquide ou de la silicone dans les fissures et les petits trous au bas des murs. L’injection peut être réalisée chaque 15 cm environ le long des mers. Une fois au contact de l’eau, la résine se plastifiera en créant une barrière d’étanchéité dans les murs (fermeture des capillarités). Ce qui va empêcher la remontée de l’eau, et les murs traités ne pourront pas prendre du volume.
  2. Le drainage :
    La technique consiste à installer un tuyau à l’intérieur des murs (au bas) de sorte que celui-ci puisse aspirer l’humidité qui s’y trouve. Le drainage permet aussi d’éviter une stagnation de l’eau de pluie à l’intérieur des murs. Mais lorsque la quantité de l’eau d’infiltration est trop importante, alors il va falloir drainer tout le terrain.
  3. Le cuvelage anti-humidité :
    Il s’agit d’un ouvrage maçonné (en béton armé) empêchant toute remontée d’eau par capillarité. Cependant, il est important d’associer cette technique à d’autres traitements (drainage, injection de résine, hydrofuge de surface,…) pour obtenir un meilleur résultat.
  4. La membrane d’étanchéité :
    Elle peut être conçue à partir d’un mélange de bitume et de caoutchouc ou en polyéthylène dense. Une telle membrane, posée le long des murs (à l’intérieur), va agir comme une barrière étanche. Ce qui va empêcher toute infiltration ou une remontée d’eau à travers les murs.
  5. L’assèchement des murs humides :
    Ce traitement consiste à créer une sorte de centrale d’assèchement à l’intérieur du mur, permettant ainsi de lutter contre l’humidité. Grâce à un boîtier électronique placé sur le mur humide, à l’aide des électrodes installées à différentes hauteurs du mur, on peut faire évaporer l’eau infiltrée.

Faire appel à un prestataire qualifié

N’importe qui ne peut pas traiter un cas de remontées capillaires dans les bâtiments. Seul un expert en humidité est habilité à faire ce travail. Par conséquent, il est recommandé de faire appel à un professionnel qualifié et agrée pour ces cas. Celui-ci connaît les traitements adaptés à chaque type de mur ou de maison.

En fonction de la configuration du bâtiment et du degré d’humidité diagnostiqué, le professionnel saura trouver la solution idéale pour un traitement durable. Un professionnel connaît aussi le type de produit approprié pour le traitement des différents murs humides.

3 DEVIS GRATUITS

Plus de 10 000 professionnels partenaires
Un conseiller vous rappelle gratuitement

Les remontées capillaires sont un réel problème dans les constructions anciennes et modernes. Elles sont à l’origine de plusieurs dégâts matériels et sanitaires dans les ménages. En faisant appel à un professionnel spécialisé sur les questions d’humidité dans le bâtiment, il sera facile de traiter ce problème de façon définitive.

Remontées capillaires : causes, conséquences et traitements possibles
4.9 (98%) 20 votes

Remontées capillaires : causes, conséquences et traitements possibles